Assemblée générale !

Cher·e·s transitionneur·euse·s,

Afin de régler des formalités administratives le comité de pilotage de votre association est amené à convoquer une assemblée qui se tiendra le : 

 jeudi 15 octobre 2020 à 20:00  

A la Minoterie (1 cours du Maréchal de Mirepoix, 09500 Mirepoix) Vous êtes cordialement invités à nous y rejoindre et trouverez l’ordre du jour ainsi que la procuration éventuelle en suivant le lien :

Nous nous réunirons dans le respect des règles de sécurité, merci de vous munir de votre masque et d’un stylo. 

Cette assemblée sera immédiatement suivie de la présentation d’un puissant outil de transition et du lancement d’actions correspondantes.  

Dans l’attente de se retrouver !

Livre : « Réussir la transition écologique, outils pour agir ensemble »

Auteur :

Grégory DERVILLE
Préface : Pablo SERVIGNE

Résumé :

Réussir la transition écologique est LE livre de référence pour tous ceux qui souhaitent s’engager en faveur de la transition, dans leur environnement proche, mais ne savent pas par quoi commencer ou comment faire. Ceux qui se posent la question « Que faire et comment faire pour engager la transition écologique près de chez moi ? », qui ont l’envie d’agir, mais pas forcément les connaissances ou les compétences.

Grégory Derville vous guide dans votre démarche écologique et vous offre des solutions concrètes à la transition écologique. Grâce à sa grande connaissance théorique et son expérience pratique du sujet, il vous donnera les clés pour mettre en œuvre 9 actions très concrètes de la transition, au niveau local, en misant sur le collectif.

Voir la fiche de lecture détaillée

Livre :  » La révolution d’un seul brin de paille : une introduction à l’agriculture sauvage « 

Auteur :

Masanobu FUKUOKA

Résumé :

Nous somme au Japon, dans la période qui précède la seconde guerre mondiale. A la suite d’une grave infection qui bouleverse sa vision du monde, Masanobu Fukuoka, décide de démissionner de son emploi de microbiologiste pour se consacrer à l’agriculture selon une méthode qu’il développera pendant 30 ans et qu’il baptisera « l’agriculture sauvage » ou du « non agir ». Plus de labour, plus de travail du sol, pas d’engrais, pas de pesticides, plus d’inondation des rizières et pourtant des rendements de production équivalents aux meilleures fermes du Japon ! Sa méthode agricole demande moins de travail qu’aucune autre méthode. Elle ne crée aucune pollution et ne nécessite pas d’énergie fossile !

L’idée de base lui vint un jour qu’il passait par hasard dans un ancien champ inutilisé ni labouré depuis de nombreuses années. Il y vit de magnifiques pieds de riz poussant à travers un fouillis d’herbes.

A partir de ce moment il arrêta d’inonder son champ pour cultiver le riz et Il arrêta de semer le riz au printemps pour procéder de la façon suivante :

  • Début octobre il sème du trèfle blanc parmi les pieds de riz de l’année précédente finissant de murir.
  • A la mi octobre il sème alors le seigle, l’orge ou l’avoine (Si l’on sème pendant que la moisson précédente mûrit encore, ces semences germeront avant les mauvaises herbes.)
  • Début novembre il moissonne le riz puis sème directement le riz de l’année suivante (riz enrobé dans des boulettes d’argile) parmi les jeunes plants de seigle d’orge ou d’avoine, il étend par dessus ce semis toute la paille de riz de la récolte une fois prélevés les grains (il mime ainsi ce qui se produit naturellement : les grains de riz tombent au sol et sont recouverts par la plante qui se dessèche, les grains de riz restent au repos jusqu’au printemps). Pendant la moisson du riz, les semences levées sont foulées par les pieds des moissonneurs, mais récupèrent en un rien de temps.
  • En mai il moissonne le seigle, l’orge ou l’avoine et répand à nouveau la paille inutilisée au sol.
  • En juin il profite de la mousson pour maintenir l’eau dans son champs pendant une semaine à 10 jours afin d’affaiblir le trèfle et les mauvaises herbes et donner au riz une chance de germer à travers la couverture du sol. Une fois le champ drainé le trèfle reprend et s’étend sous les pieds de riz en pleine croissance.
  • En juillet la pluie suffit à l’arrosage
  • En aout il fait passer de l’eau courante dans le champs une fois par semaine…
  • Pour les zones plus arides il préconise de remplacer le riz par du riz des montagnes, du sarrasin, du sorgho ou du millet. Le trèfle blanc peut être remplacé par une autre variété de trèfle, la luzerne, la vesce ou le lupin.

Les trois méthodes (sauvage ou naturelle, traditionnelle, chimique) produisent des récoltes comparables au point de vue quantité, mais diffèrent énormément dans leur effet sur la terre. Dans les champs de M. Fukuoka le sol s’améliore à chaque saison. A partir du moment où il a vu que les conditions ont basculé en faveur de ses récoltes, M. Fukuoka intervient le moins possible sur les communautés animales et végétales de ses champs.

Son secret, basé sur 4 principes, n’en est pas un puisqu’il a passé sa vie à l’enseigner et en faire la promotion au travers de ses livres et des étudiants qu’il formera dans sa ferme :

Le premier est NE PAS CULTIVER, c’est-à-dire ne pas labourer ou retourner la terre.

Le second est PAS DE FERTILISANT CHIMIQUE OU DE COMPOST PREPARE

Le troisième est NE PAS DESHERBER AU CULTIVATEUR NI AUX HERBICIDES.

Le quatrième est PAS DE DEPENDANCE ENVERS LES PRODUITS CHIMIQUES**

Lucide, il analyse les raisons qui ont conduit les autorités a fermer les yeux sur les avantages de sa méthode.

La méthode de Mr Fukuoka n’est malheureusement pas transposable tel quel en dehors du Japon qui bénéficie d’un climat particulier et extrêmement régulier mais elle peut cependant être adaptée et utilisée comme source d’inspiration. Les différents auteurs qui ont travaillé pour adapter aux conditions de culture européennes la méthode Fukuoka sont : Marc Bonfils, Claude Bourguignon et Emilia Hazelip.

Voir la fiche de lecture détaillée

Newsletter n°3

Prochaine réunion plénière

Cher·e·s transitionneur·euse·s,Après une période de confinement où le comité de pilotage et une poignée de volontaires sont restés très actifs notamment avec l’organisation et la participation aux Halles fermières de Mirepoix, nous reprenons nos activités pour promouvoir la transition sur notre territoire. Il nous a semblé qu’une réunion plénière et conviviale était indiquée afin de prendre collectivement « la température » et de repasser à l’action à l’issue de cette période très spéciale… Nous vous proposons donc de nous retrouver tous ensemble à la Minoterie (1 cours du Maréchal de Mirepoix, 09500 Mirepoix) le jeudi 25 Juin 2020 à 19h30. Cette réunion se tiendra en extérieur dans la cour du bâtiment. En cas d’intempéries elle sera donc susceptible d’être décalée à une date ultérieure. Nous nous réunirons dans le respect des règles de sécurité. Nous vous proposons le programme suivant :

  • Reprise des ateliers, état des lieux, perspectives.
  • Visite par petits groupes du chantier du futur local de l’association (voir article plus loin) 
  • Besoin d’une vision (voir article ci-dessous) pour initier la première étape d’une construction collective qui se poursuivra le jeudi 9 juillet (à vos agendas !).

 A l’issue nous partagerons une auberge Espagnole où vos spécialités gourmandes sont les bienvenues ! Merci de vous munir de vos couverts, assiettes et gobelets…. Nous espérons vous retrouver nombreux, créatifs et en pleine forme !

Besoin d’une vision…

Alors que notre jeune association commence à faire parler d’elle, il apparait qu’il nous manque une chose essentielle pour avancer efficacement tous ensemble dans la même direction : une Vision !
La vision est la description de ce que sera notre monde une fois la mission de l’association complètement remplie, comme si nous y étions déjà
Cela peut sembler trivial voir inutile et pourtant les spécialistes du cerveau nous l’affirment: avoir une vision claire de son objectif permet au cerveau d’être en état de veille constant pour capturer toutes les informations et opportunités qui peuvent contribuer à sa réalisation, c’est un outil extrêmement puissant ! 
La définition de la vision doit être une construction collective des adhérents. Nous avons donc souhaité que la première réunion plénière post-confinement soit l’occasion de commencer ce travail de façon tout à fait conviviale et sans contraintes. 
Une fois les quelques points rapides de l’ordre du jour épuisés et après un petit lancement nous partagerons une auberge Espagnole au cours de laquelle nous vous demanderons juste de privilégier entre vous les discussions ayant trait à la façon dont vous voyez notre petit monde quand la transition aura rempli tous ses objectifs. Ceci a pour but de préparer vos réflexions en vue d’une prochaine réunion au cours de laquelle nous définirons la nature précise de notre vision collective. 
A vous de jouer !

Besoin d’un repaire…

Depuis sa création en novembre 2019, l’association compte soixante quatre adhérents et une quarantaine de sympathisants. Ensemble, nous avons choisi de mettre en place, pour l’année 2020, quatre ateliers de travail. Ils sont ouverts à toutes personnes voulant participer aux réflexions et actions de :
– Sensibilisation à la transition et création de lieux de convivialité
– Souveraineté Alimentaire
– Gestion et réduction des déchets
– Gestion de l’eau et de l’énergie 
Pour mener ces ateliers et aller encore plus loin, nous avons besoin d’un quartier général identifié, stable et fonctionnel. Un local où nous pourrons nous retrouver, nous rencontrer, pour échanger, partager, centraliser, nourrir et mettre en forme nos stratégies, entreposer notre matériel de base… En un mot, un lieu ressource.
Parmi nous, Jo et Patrick, les propriétaires de l’ancienne Minoterie de Mirepoix proposent de mettre à disposition une pièce de 52m2 avec entrée indépendante. Des travaux sont en cours :
– Une porte en bois vitrée pour remplacer le volet roulant vétuste (réalisation de Laurence, menuisière de l’équipe) > 900 €
– Des travaux divers : électricité/plomberie pour l’installation de toilettes et d’un évier / enduit aux murs / peinture au sol > 900 €
– De l’équipement : bureau / poste informatique / étagères / tables et chaises / petite fourniture > 600 €
– Le fonctionnement du lieu pour la 1ère année : Charges diverses (Eau / électricité / Internet…) > 600 € L’acquisition des fournitures et des matériaux utilisés se fera en cohérence avec les valeurs de l’association (artisans et commerces locaux, ressourcerie et récup’).
Pour financer ce local, nous avons besoin de 3 000 €
Pour cela, nous organisons un financement participatifhttps://www.helloasso.com/associations/pays-de-mirepoix-en-transition/collectes/besoin-d-un-repair.
 Alors, si la transition est un sujet qui vous tient aussi à cœur, soutenir une telle initiative c’est déjà s’engager.
Un grand merci d’avance pour votre générosité et rendez-vous autour d’un café dans notre futur repaire !
À l’issue de la campagne, nous organiserons un moment convivial avec les adhérent.e.s
Nous reviendrons vers vous par mail pour vous y convier.
Les généreux donateurs, peuvent également devenir adhérent en remplissant les dispositions prévues dans le bulletin d’adhésion/Statuts téléchargeables ici : https://paysdemirepoixentransition.wordpress.com/bulletin-dadhesion/

Des nouvelles des halles fermières

Cette période de laquelle nous sortons tout fraîchement à été très riche.
En réaction à l’annulation des marchés de plein vent, le comité de pilotage de l’association s’est organisé tout d’abord pour créer un fichier des producteurs locaux qui se retrouvaient dans une situation délicate. Ce fichier répondait aussi à la demande de la population qui souhaitait soutenir les producteurs et trouver les produits auxquels elle est très attachée. 
Dans un second temps nous souhaitions organiser un « marché de producteurs » dans un espace privé mais notre demande ne recevait pas l’accord nécessaire de la préfecture. 
Quelques jours plus tard, la chambre d’agriculture d’Ariège proposait les « halles fermières » sur Foix et nous les contactions pour nous inscrire dans cette démarche. Grâce à la mobilisation bénévole de membres de l’association nous avons pu co-organiser ces Halles fermières sur Mirepoix avec un franc succès. 
Aujourd’hui, les marchés ont repris et les consommateurs comme les producteurs ont souhaité reprendre leurs habitudes. Pourtant ces halles ont permis à des clients actifs de se rapprocher des productions locales auxquelles ils n’avaient pas forcément accès. En effet, les marchés hebdomadaires de Mirepoix sont sur des créneaux horaires incompatibles avec une vie professionnelle à temps complet. 
Pour permettre à certains producteurs souhaitant développer leur commercialisation en circuits courts et permettre l’accès aux produits de nos producteurs, il a été proposé de continuer le principe des halles fermières sur Mirepoix dans un créneaux horaire plus pertinent. Ainsi, dans les semaines qui vont suivre un nouveau local sera mis à disposition des producteurs par la mairie de Mirepoix pour une distribution les vendredi en toute fin d’après midi.
A suivre…

Halles fermières de Mirepoix – Commander en 1 clic !

Comment ça marche ?

Pour mes commandes aux Halles fermières de Mirepoix à compter du jeudi 14 mai

Je me rend sur le site de la chambre d’agriculture, le site des producteurs en Pyrénées cathares ou le site de votre association:

  • Je clique sur le lien du formulaire
  • Je saisis mon nom, mon mail et mon mobile,
  • Je choisi les types de produits dont j’ai besoin: la liste des producteurs concernés s’affiche,
  • Je sélectionne mes producteurs et j’indique les quantités de produits désirées
  • Je valide ma pré-commande

Je reçois alors à l’adresse mail que j’ai saisi, un récapitulatif de tous les produits commandés et simultanément un message est adressé à chaque producteur sélectionné avec les produits demandés. Chaque producteur me confirmera par e-mail ma commande pour la partie qui le concerne.

Le jour venu, je me rend aux Halles fermières de Mirepoix, je règle et collecte mes achats directement auprès de chaque fournisseur.

Il ne me reste plus qu’à profiter de ces bons produits locaux, avec la satisfaction de favoriser les producteurs locaux, la résilience alimentaire du territoire et de contribuer à la réduction des émissions de CO2 liées au transport de marchandises !

« La crise actuelle peut nous aider à affronter la crise écologique »

Nous sommes dans un moment de vulnérabilité qui est aussi un moment de vérité. Une certaine idéologie du progrès avait fini par nous persuader que l’humanité atteignait la maîtrise pleine, que l’on pouvait nier les dangers dus à l’environnement. On a cru qu’il fallait presque faire disparaître les états, alors qu’il saute aux yeux aujourd’hui que le marché ne peut pas gérer les situations de crise, qu’il faut un corps bien doté de professionnels de l’intérêt général.

L’actuel rappel dramatique à la réalité peut être vu comme un avertissement de la nature, car cette idéologie de toute-puissance, dont les valeurs cardinales sont l’individu, le marché et le court terme, est aussi catastrophique pour la santé que pour le climat.

Cette crise pourrait donc être l’occasion d’une inversion des valeurs, d’un retour au collectif et au long terme, d’évaluer à quoi nous tenons vraiment. Car ce qu’il nous faut faire pour le climat n’est pas si éloigné de ce que nous avons fait pour le virus – arrêter tout sauf l’essentiel, puis réfléchir à ce qu’il faut redémarrer et comment.

Faudra-t-il vraiment renflouer les compagnies aériennes après cette crise ? l’industrie automobile ? il faut profiter de ce que les esprits sont ouverts, ne pas hésiter à imaginer un changement de société et ne surtout pas repartir sur les même rails.

Dominique BOURG – Philosophe et historien de l’environnement, université de Lausanne – Cité dans un article du magazine Science et vie traitant du monde d’après le virus vu par la science.

Mise à jour des producteurs présents aux Halles fermières de Mirepoix

Cette liste des producteurs présents sur les Halles fermières de Mirepoix est remise à jour régulièrement.

Pour en savoir plus, télécharger le document suivant:

Des mises à jour peuvent avoir lieu, n’hésitez pas consulter régulièrement le site de la Chambre d’agriculture ou le site des Pyrénées Cathares

Carton plein pour les premières Halles Fermières de Mirepoix !

A 13h00 on dénombrait pas moins de 140 véhicules et 80 piétons venus récupérer leurs commandes !

Dans une ambiance bon enfant mais concentrée sur le respect des gestes barrières et du dispositif mis en place pour l’occasion, la grosse matinée qui avait commencé à 8h00 avec l’installation des producteurs pour se terminer à 13h00 s’est très bien déroulée autant du point de vue des organisateurs que des consommateurs qui ont bien voulu donner leurs impressions « à chaud ».

Le nombre des commandes enregistrées par certains producteurs pouvait laisser redouter un pic de fréquentation un peu « tendu » mais au final le flux a été relativement régulier et n’a pas généré de temps d’attente significatif.

Les équipes de la chambre d’agriculture présentes sur site et fortes de leur expérience sur ces halles fermières, qui se répandent en Ariège comme une trainée de poudre, ont permis de mettre « de l’huile dans les rouages » pour que tout se déroule au mieux.

Votre association était bien sûr activement présente et nous avons pu constater que le mot « implication » n’était pas un vain mot car tout le monde a mis « la main à la pâte » et quand on vous dit tout le monde ce ne sont pas juste les personnes que l’on s’attend naturellement à voir tel Simone Verdier, Trifine Cuvillier, la police municipale et les services techniques mais également Philippe Lacube président de la chambre d’Agriculture, Jean-Jacques Michau président de la communauté de communes de Mirepoix, Nicole Quillien la « encore maire » selon ses propres mots. Croyez en notre vécu: tout ce beau monde ne faisait pas de la figuration car il y avait du travail ! Spécial « award » à Nicolle qui a peut être parcouru ses 10 km puisqu’elle assurait la jonction entre le stand piétons et les producteurs qu’il fallait prévenir dès qu’un client se présentait !

Outre les membres du comité de pilotage qui étaient présents : Alain Toméo, Christiane Mazine, Jimmy Ribeiro (en tant que producteur également) et Alain Guerrey, nous tenons à remercier pour leur aide précieuse deux de nos adhérents Lucie Guiraud-Kowalczyk et Arnaud Trotin !

Une réunion de bilan aura lieu ce lundi pour discuter des améliorations et mettre en place l’épisode 2

L’arrivée des premiers clients

Les halles fermières de Mirepoix

Dans la continuité de notre action de soutien aux producteurs locaux suite à la fermeture des restaurants, des cantines puis des marchés et en complément de la base des producteurs locaux que nous avons mis en service (article 1 , article 2), nous avons l’immense plaisir de vous informer que nos actions et notre travail de fond en collaboration avec les autorités locales ont débouché:

Ce jeudi 16 Avril 2020 entre 9h00 et 13h00 se tiendra sur le parking Paul Dardier (ancienne gare) à Mirepoix la première édition des Halles fermières de Mirepoix!

Cette opération, portée par la chambre d’agriculture, rassemble un consortium constitué de représentations consulaires, de syndicats, de communes, d’EPCI et d’associations dont Pays de Mirepoix en transition(s).

En complément du communiqué de presse de la chambre d’agriculture voici quelques indications sur la nature de l’opération et comment cela fonctionnera :

De quoi s’agit il ?

C’est un concept de « Drive » de producteurs locaux: les clients contactent les producteurs de la liste pour commander des produits qu’il retireront simultanément à un moment et un endroit donné. Pour des raisons sanitaires, seules les personnes ayant pré-commander peuvent accéder au site de retrait.

*

Pour les clients :

  • Du samedi 11 au mercredi 15 avril au matin vous pourrez passer vos commandes aux producteurs participant à l’opération dont la liste est ici.
  • Vous repérez les produits dont vous avez besoin et contactez (courriel OU téléphone) les producteurs concernés (coordonnées détaillées dans la liste).
  • Le prix et le mode de règlement sont convenus entre vous (Chèque ou CB uniquement) et un numéro de commande vous est retourné.
  • Le jeudi 16 Avril entre 9h00 et 13h00 vous vous rendez en voiture ou à pied, muni de votre téléphone mobile, de votre bon de commande et de votre attestation de déplacement sur le parking Paul Dardier (ancienne gare) à Mirepoix.
  • Visualiser le plan du dispositif ici.
  • D’après la répartition des stands sur le plan, téléphonez au premier producteur du circuit à qui vous avez passé commande pour lui indiquer votre arrivée.
  • Les personnels à l’entrée vous prendrons en charge: suivez leurs indications.
  • Sur le parking vous allez effectuer un circuit en marche avant continue et passerez devant les emplacements de chaque producteur.

Télécharger: mode d’emploi de l’utilisateur

*

Pour les producteurs :

  • Vous avez postulé pour participer lors de la campagne de recrutement.
  • Suivant les places disponibles, si vous avez été retenu, vous devez alors signer la charte d’engagement du producteur et la retourner à Trifine Cuvillier avant le jour de l’opération.
  • A compter de la publication de la liste des producteurs participants vous allez commencer à recevoir des appels ou des courriels des personnes qui souhaitent vous passer commande.
  • A partir de ce point l’association vous propose deux prestations additionnelles qui se surajoutent au dispositif afin de vous faciliter la vie:
    • L’utilisation mutualisée d’un terminal de paiement CB si vous n’en disposez pas et qui sera disponible sur site.
    • L’élaboration de votre document « Bon de commande » pour faciliter 1/ les commandes par vos clients et 2/ votre travail d’enregistrement des commandes pour organiser la livraison. Exemple de ce dispositif mis en place pour « Le poulet Gambadeur » ici.
    • Le détail de ces opérations est adressé en ce moment même par courriel à tous les producteurs inscrits.

La genèse du projet en vidéo sur Azinat

Un évènement d’ampleur se prépare…

Votre association est fortement impliquée dans un projet en partenariat dont nous avons initié localement la démarche et qui sera suivi sous peu d’un communiqué détaillé. Ce projet est en continuité avec notre première action de soutien aux producteurs via la mise à disposition d’une base actualisée de tous les producteurs locaux. Il s’agira, cette fois de contribuer à mettre en œuvre une autre solution de commercialisation… des nouvelles très bientôt…

Appel à nos adhérents: 

Certaines opérations dans lesquelles nous sommes impliqués peuvent être amenées a nécessiter des ressources bénévoles additionnelles. Si vous êtes adhérent (pour des raisons d’assurance) et disponible vous pouvez vous faire connaitre par courriel à paysdemirepoixentransition@ecomail.fr avec l’objet « APPEL AUX BENEVOLES »